Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Détours Sonores – David Bouvard 

 

 

Installation_

Détours Sonores – David Bouvard

Dates :

19 au 29 novembre 2020 (entre 8h et 20h)

Lieu :

Jardin du MEG, Genève

Un projet de David Bouvard en collaboration avec le MEG

L’artiste sonore David Bouvard a mis sur place, en collaboration avec le Musée d’Ethnographie de Genève et avec l’aide et la complicité de Dimitri Delcourt, un parcours sonore fait de sons insolites ou quotidiens, issus du foisonnant fonds d’archives sonores du Musée.

Ces musiques proviennent d’une multitude de cultures et ont été enregistrées sur des supports divers — parfois surprenants ; du rouleau de cire au studio numérique, de la berceuse irlandaise aux rituels du chamanisme, d’aujourd’hui à ce qui semble être l’aube de l’humanité, du bord du lac au bord du Pôle. 

Dû aux nouvelles mesures sanitaires, nous ne sommes en mesure de présenter que deux emplacements du parcours à l’heure actuelle. Le parcours sonore complet sera présenté ultérieurement. 

Les diffusions se font dans le jardin du MEG de 8h à 20h tout les jours,
Il y a deux points d’écoute qui jouent alternativement toute les 5mn.
Vous pouvez trouver les titres des morceaux ici :
http://paysagesonore.free.fr/blogsonore/?page_id=1509

Artiste plasticien, David Bouvard travaille avec le son, sous forme d’installations, de créations radiophoniques ou d’édition, et pratique aussi plusieurs instruments.

Ses projets de création se font souvent en collaboration : avec des photographes, comme Geoffroy Mathieu pour l’exposition ‘Dos à la mer’ (La compagnie 2008), des écrivains comme Alain Lacroix (‘ILS’, édition La compagnie) des compagnies de spectacle vivant comme Ici-Même (2006-2015), ou même des écoles.

Il s’intéresse particulièrement à l’espace public sonore, comme pour ‘Paysage sonore de Belsunce’ (La compagnie 2006). Il collecte, enregistre, monte, édite ou diffuse ses sons, (‘war on the other side’, création radiophonique,  Radia (EU)) mais il propose tout aussi bien de partager l’écoute d’un espace urbain particulier sans artefact dans des ateliers (avec des déficients visuels, institut arc-en-ciel) ou des marches publiques avec des créations sonores in-situ (Clausonne 2019). Il travaille aussi pour des muséographies (MUCEM :Babels, ‘Après Babel, traduire’ 2017, ‘Derrière nous’ 2019)

Il poursuit un travail de field recording et cultive une passion pour les archives qui l’ont amené, depuis plusieurs années, à numériser des fonds sonores (bandes magnétiques, 78t…) pour des institutions comme le MUCEM où des fonds régionaux.