mppng fstvl

En dépit de tous les bouleversements dont l’année 2020 aura été le théâtre, celle-ci aura le mérite d’avoir été propice à la réflexion. A l’introspection. Alors nous avons repensé à notre histoire, repensé l’histoire du Mapping Festival, à nos envies, nos ambitions, et à notre rôle – auprès des artistes, auprès du public, auprès des politiques, parfois aussi. Il est vrai que nous avions entamé ce processus avant que ne déferlent sur nous – hormis des litres de gel hydroalcoolique – les avatars de 2020: confinements, quarantaines et autres formes de distanciation (très peu sociale malgré l’expression consacrée). Mais le confinement du festival, auquel nous aurions dû vous retrouver au mois de mai déjà, est venu nourrir cette réflexion, et de celle-ci a découlé un besoin de se réinventer afin de pouvoir espérer continuer de mener à bien la mission du festival: soutenir le développement d’approches artistiques critiques et novatrices dans le domaine des arts technologiques, audiovisuels, et déviants. 

Ainsi c’est précisément pour rester déviant que Mapping doit dévier de sa trajectoire: aujourd’hui l’association Mapping Festival devient PPING. Nous entendons cette déviation au sens d’un détournement situationniste; comme un acte visant à réutiliser, réarranger des éléments préexistants dans un nouveau dispositif, afin de recouvrer et redonner du sens. A valoriser notre expérience, et les vôtres. 

PPING cherchera désormais à matérialiser tout au long de l’année des événements et des rencontres autour des concepts qui ont défini l’ADN de l’association: Vibration, Lumière, Espace, Temps et Interactions.

Mais nous continuerons également d’organiser avec bonheur le Mapping Festival, tous les ans. Et c’est en réalité la raison principale de ces quelques lignes: vous annoncer que nous sommes fiers, heureux – surtout très chanceux – de pouvoir vous convier à notre micro-édition 2020.

Bien entendu la question d’une édition virtuelle s’est posée; cependant après avoir vécu derrière nos écrans pendant des mois, après s’être réjouis de l’immensité de ce que les technologies numériques avaient à nous apporter dans ce contexte, après avoir joui de l’abondance de propositions artistiques et culturelles en-ligne, nous avons souhaité renouer avec un rapport tangible à la technologie. Un besoin collectif de mettre fin à cette errance individuelle potentiellement infinie du web.  

Les nouvelles contraintes – de temps, d’espace, et financières aussi – ont eu raison d’une partie de notre programmation. Mais non pas de sa pertinence. Nombre d’oeuvres sélectionnées en début d’année ont d’autant plus de sens aujourd’hui, à l’aune de notre vécu de confinés connectés. 2020 nous a également invités à repenser nos rythmes de vie et de production, et notre micro-édition s’insère dans cette philosophie, en prenant le contrepied de l’abondance inhérente au format “festival”. Rien ne peut probablement remplacer l’émulation fabuleuse propre au festival tel qu’on l’entend mais, pour cette fois, ce format allégé nous permet de soigner et de valoriser chaque projet, tout en évitant la cannibalisation d’une proposition par une autre. Pour une fois, vous serez en mesure de tout voir si vous le souhaitez. No more FOMO.

2020 n’est finalement peut-être qu’un glitch, un bug général fâcheux mais qui pourra éventuellement accélérer la suite du jeu en dévoilant un chemin alternatif. Ce chemin nous vous invitons à venir le chercher à tâtons avec nous au Commun, en suivant un parcours artistique plongé dans la pénombre. A l’image de ce qu’aura été cette année pour le monde de la culture, et de la nuit.  

Finalement, nous profitons aussi de cette édition pour renouer avec les origines DIY du festival, en proposant des workshops ouverts à un public varié, de tous âges et tous niveaux.  Le DIY intervient ici comme un véritable moyen de déconstruire et de réfléchir ensemble à l’évolution des outils et des cultures technologiques – numériques ou analogiques.

Nous vous attendons, masqué.e.s mais toujours souriant.e.s, du 19 au 29 novembre 2020!

Après 15 ans de Mapping Festival, l’association PPING est heureuse de vous présenter la 16 ème édition, du 19 au 29 novembre 2020!

Video

2019 After Movie

Lors de sa création, en 2005, le Mapping Festival s’articulait principalement autour du VJing – terme définissant la création ou la manipulation d’images, projetées en temps réel, le plus souvent dans un contexte de soirées de musique électronique.

L’événement fut fondé par Boris Edelstein, créateur de Modul8, logiciel depuis devenu emblématique et utilisé par des milliers de personnes dans le monde. Le festival a été un succès immédiat et a, très rapidement, pris un essor considérable.

L’une des spécificités de la création numérique est de favoriser le croisement et le mélange des disciplines, qu’il s’agisse d’arts visuels, de musique, d’arts vivants, d’informatique, de science, de design, d’architecture etc.

Cette pluridisciplinarité a toujours été au cœur du Mapping Festival, et se traduit chaque année par sa programmation éclectique et variée, qui nous permet de présenter un vaste éventail de propositions artistiques.

Au Mapping Festival, le spectateur est amené à découvrir, expérimenter et ressentir des œuvres qui proposent de nouvelles modalités de réception.  Le public n’est plus simplement invité à contempler l’œuvre mais aussi à interagir avec elle, à participer à son déploiement, à contribuer à son fonctionnement.  Avec l’art numérique, le public devient acteur, joueur et instigateur.

Si plusieurs œuvres se présentent aujourd’hui sous des dehors ludiques et divertissants, il nous importe également de poser un regard critique sur ces technologies si attrayantes, dans un contexte général prônant sans cesse l’innovation. Il nous tient tout particulièrement à cœur de questionner l’usage de ces technologies, omniprésentes dans nos vies, et d’en saisir les enjeux culturels, sociaux et politiques. Nous proposons ainsi également au public de réfléchir à ces problématiques via un programme de conférences et tables rondes.

Considéré comme un véritable laboratoire pour la discipline, et bénéficiant d’une large reconnaissance en Suisse et à l’international, le festival favorise les échanges et participe activement au développement du milieu des arts numériques. Les ateliers et masterclasses qui sont aussi offerts sont autant d’occasions de repousser toujours plus loin l’exploration des nouvelles technologies.

Le Mapping Festival réunit de plus chaque année un vaste réseau de professionnels, contribuant ainsi à générer des rencontres signifiantes et initier des collaborations futures.

Newsletter inscription

Please wait...

Thank you for sign up!